Si le concept d’intelligence collective est très présent aujourd’hui, il n’est pas toujours simple d’en comprendre concrètement la puissance et l’intérêt. Et encore moins d’identifier les leviers sur lesquels agir pour la développer.

La scène se passe dans une grande salle sur Rennes, il y a environ 4 ou 5 ans.

L’antenne d’ICF Bretagne avait invité Alain Cardon, grand représentant du coaching en France et j’avais très envie de le voir en « chair et en os ». Ce jour-là, nous étions près d’une quarantaine de consultants, coachs et intervenants en entreprise tous avides d’en savoir plus sur l’intelligence collective.

Au cours de son intervention, Alain Cardon nous invite à nous répartir debout dans la salle (les chaises étant mises de côté), puis nous demande de choisir dans le groupe 2 personnes sans qu’elles ne s’en rendent compte.
Imaginez la scène : 40 personnes formant une espèce de grand disque mouvant où chacun choisit ces fameuses deux personnes selon ses propres critères …

Vient alors la consigne :

« Je vous demande de marcher lentement et de vous déplacer de manière à vous situer à égale distance des deux personnes que vous venez de choisir, allez-y ! »
A votre avis que s’est-il passé ?
A chaque fois que je raconte cette anecdote, les gens me regardent avec un air amusé en me disant : « Eh bien, ça a dû être un sacré bazar ! »
Et bien non ! En moins d’une minute, le groupe s’est arrêté de bouger et chacun se situait à peu près à égale distance des deux personnes choisies… Objectif atteint, stupéfiant !
C’est alors qu’Alain Cardon nous a posé cette question : « Si vous étiez le leader de ce groupe et vous deviez définir cette position d’équilibre, combien de temps mettriez-vous ? »
Réponses du groupe : « Pfffff ! »
Conclusion d’Alain : « Eh bien, voilà, vous avez maintenant compris l’intérêt de l’intelligence collective ! »

Pourquoi vous raconter cette anecdote aujourd’hui ?

Parce qu’à partir de cette fantastique démonstration, nous pouvons tirer des enseignements utiles pour nous guider.

En effet, pour que ce résultat soit possible, certaines conditions préalables étaient établies :

  • Le groupe avait une intention commune (en savoir plus sur l’intelligence collective).
  • Des temps d’échange préalable nous avaient permis de « rentrer » dans le groupe et de nous y situer.
  • La consigne à suivre était claire et chacun pouvait la suivre en autonomie.
  • La qualité des relations, propre à ce type de rencontre, et le caractère ludique de l’exercice faisaient que les gens pouvaient se prêter au jeu sans risque que cela se retourne contre eux (le droit à l’erreur !).

Voilà quelques points de vigilance à avoir en tête lors de nos interventions.

Menu